All links of one day
in a single page.
<Previous day - Next day>

rss_feedDaily RSS Feed
floral_left The Daily Shaarli floral_right
——————————— Wednesday 25, September 2019 ———————————
De nos jours, beaucoup de gens utilisent de plus en plus d'angliscismes. Certes, pour certains, il n'existe pas d'équivalent en langue française : football, flash-back, laser, & bien d'autres*. Mais est-ce que parce qu'il existe une équivalence en français, on est "tenu" d'utiliser le français ? Est-ce que l'on doit dire télédéposer, mot que 9 personnes sur dix ne comprendront pas ?

Je pense que non. Plusieurs raisons à cela.

Raison 1 : Cela perpétue l'idée stupide que le français est la langue internationale et se doit de le devenir, à tout prix. Le français est à son origine, la langue des rois. On retrouve, sur certains édifices monarchiques un peu partout en Europe, le français. Aujourd'hui encore, le français est une façon de montrer sa supériorité : la langue des élégants, la langue des nobles**. L'institution qui protège cette langue est également tout à fait rétrograde ; on retrouve dans le fonctionnement de cette langue la trace de la vieille monarchie française accompagnée de tous les problèmes qui vont avec.

Raison 2 : Cela induit dans la fausse idée que l'Amérique et la langue anglaise "colonise" la France. Cela est problématique pour deux raisons : la première étant que c'est du foutage de gueule complet face à l'histoire de la France qui pratique cela depuis des siècles, la deuxième c'est que ça fait de la France un pays "retardataire". De fait, les français sont, parmi les pays développés, de ceux qui parlent le moins bien l'anglais*** qui est factuellement la langue des scientifiques et des érudits du 21ème siècle. Autrement dit, cela retarde la France dans la compréhension et les échanges sociaux ou scientifiques vis-à-vis du reste du monde, ou bien retarde le monde entier de potentielles idées intéressantes venant de francophones. Cela perpétue un entre-soi, une frontière (qui comme toute frontière est malsaine). L'histoire et l'existence de perpétuation de cette langue est, pour moi, à la monarchie absolue du 18ème siècle ce qu'est le franc CFA aux colonisations du 20ème siècle : une aberration, toujours debout.

Raison 3 : Cela est pour moi la plus gênante des raisons. Statistiquement, strictement personne ne dit "télédéposer", strictement personne ne dit "mot-dièse", strictement personne ne dit "bagotter", les exemples sont légion. Cela veut dire que l'on va "contre" l'ordre naturel de la langue, qui veut que l'on adopte ce qui est utilisé. Une langue X est utilisé pour ce mot ? Grand bien m'en fasse ! Quel est le problème ? Pourquoi combattre cela ? C'est le fonctionnement des langues, et par-dessus tout, c'est surtout le fonctionnement de l'humanité depuis la nuit des temps : ça voyage, ça s'échange, ça partage et ça fonctionne super bien. Je ne vais jamais travailler "contre" cela.

Raison 4 : Cela ressasse clairement les vieilles habitudes de la centralisation des demandes depuis Paris, c'est-à-dire, imposer son language au détriment de ce que le peuple pense et pratique. Cela est clairement un rappel distinct du début du siècle où parler breton était interdit (au même titre que de cracher par terre)**** *****. Non pas qu'il eu fallu que le breton soit sauvegardé à côté du français, mais simplement que le français a été imposé à tous les français qui pour leur très grande majorité ne parlaient pas français (rappelons-le, la langue des nobles******). À ce titre, imposer le français (ou vouloir l'imposer), est une démarche qui rappelle de très mauvais souvenirs. Et rassure-toi, je suis quasiment certain que tu as moins d'un ancêtre sur dix qui vivait au 16ème qui parlait le français lorsqu'il a commencé à se répandre.

Raison 5 : Le français est une galère dans sa conception (et c'est pourquoi c'est très compliqué d'apprendre cette langue), et c'est une langue qui est volontairement compliqué d'apprendre, puisqu'elle était la langue des nobles qui voulaient volontairement se détacher. Vouloir perpétuer une telle aberration, à long terme, n'a aucun sens. Je ne dis pas qu'il faudrait éradiquer le français, je dis qu'il faut éradiquer cette habitude très mauvaise de vouloir le perpétuer quand l'usage courant a déjà des mots plus simples et la plupart du temps plus évidents que ce que propose une vieille institution qui aurait du crever il y a plus de deux siècles.

Raison 6 : Le français "absolu" devient une barrière en communication pour tous les étrangers voulant communiquer avec nous, une forme de frontière*******, bref, une saloperie.

Conclusion : Perpétuer le français quand l'utilisation commune est l'anglais pour certains termes, c'est une démarche absolument réactionnaire aux relents puants de monarchie, de colonisation "métropolitaine" comme africaine, qui devrait être évité quand possible.

* http://academie-francaise.fr/le-dictionnaire-la-9e-edition/exemples-de-mots-dorigine-etrangere
** https://fr.wikipedia.org/wiki/Influence_du_fran%C3%A7ais_sur_l%27anglais#La_domination_anglophone
*** https://upload.wikimedia.org/wikipedia/commons/1/1a/Countries_with_English_as_Official_Language.png
**** https://fr.wikipedia.org/wiki/Breton#La_lutte_contre_l'utilisation_du_breton_dans_les_%C3%A9coles
***** https://abp.bzh/photos/85/8510_1.jpg
****** https://fr.wikipedia.org/wiki/Histoire_de_la_langue_fran%C3%A7aise#Rayonnement_culturel_et_g%C3%A9ographique
******* http://www.encyclopedie-anarchiste.org/articles/f/frontiere.html
-